Technologies digitales : l'atout collecte

27 Avril 2016

Les nouveaux outils numériques facilitent l'optimisation de la collecte des vieux papiers. Avec à la clé des gains de temps et d'argent.

Connaissez-vous la C.A.O. ? Non pas la Conception Assistée par Ordinateur, mais la Collecte Assistée par Ordinateur. Les progrès techniques et technologiques permettent en effet de franchir une nouvelle étape dans l'optimisation de la gestion de la collecte papiers. 

Ces avancées sont à la base d’un projet en cours au sein de l’Agglomération Côte Basque – Adour, comme nous l’explique Claudine Marticorena, de la Direction collecte et valorisation des déchets :« La télérelève offre une très grande souplesse d'organisation du ramassage pour adapter les tournées aux besoins réels. Un constat qui nous a incités à profiter d'une opération de densification des points d'apport volontaire papiers pour projeter d’équiper les colonnes du territoire - 4 communes pour 123 000 habitants -  de sondes, connectées à un logiciel de gestion des tournées. Un projet soutenu financièrement à 75% par Ecofolio dans le cadre de son accompagnement au changement. »

Le principe de la télérelève ? Les sondes autonomes (jusqu'à 10 ans) placées à l'intérieur des colonnes et protégées par un boîtier spécifique relèvent par ultrason le niveau de remplissage, avant d'envoyer l'information par liaison radio à un concentrateur situé dans un périmètre de quelques kilomètres. Ledit concentrateur transmet ensuite l'ensemble des données récupérées à un site Internet sécurisé ou un logiciel professionnel, par l'intermédiaire des réseaux téléphoniques (fixe et/ou portable).

Rationalisation numérique

Préalable à la mise en place de ce type de dispositif : la reprise en régie de l’ensemble de la collecte des papiers. « Nous avons repris la main sur la collecte, jusqu'alors partiellement en prestation, et pouvons désormais projeter de réduire les coûts grâce aux outils numériques et la planification au plus juste de nos tournées, en fonction du taux de remplissage des colonnes », poursuit Claudine Marticorena. En résumé : le logiciel se met à jour automatiquement au fil des informations envoyées par les sondes présentes dans les colonnes et lance une alerte lorsqu'il est temps de passer les relever. Il est ainsi possible de passer d'un rythme régulier « classique » à un passage personnalisé en fonction du remplissage réel de chaque point d'apport. Une rationalisation synonyme de gain de temps, de moindre usure de matériel, de diminution de consommation de carburant et donc d’émission de gaz à effet de serre, etc. Le dispositif est en projet sur l’Agglomération Côte Basque Adour, des expérimentations menées sur d'autres territoires démontrent l'efficacité du système, avec notamment une baisse des coûts opérationnels de près de 40 %.

Le GPS trace le chemin

La technologie informatique peut même s'appliquer à prédéterminer le parcours des camions de collecte via GPS embarqué, de façon à allier rapidité et efficacité. « Sur l'Agglomération, nous n'en sommes pas encore là, précise Claudine Marticorena. Il nous semble important de laisser un minimum d'autonomie et de prise de décision à nos chauffeurs. Une transition vers le tout numérique est néanmoins envisageable, si ces derniers se révèlent intéressés par le concept, qui permet d'éviter de perdre du temps sur les routes. »
Simplifier les procédures sans transformer les gens en robots : le juste équilibre est à trouver pour garantir l'efficacité de la révolution numérique appliquée à la collecte sélective.