La stratégie Hurepoix, ou l’art de conjuguer divertissement, bénéfices et recyclage papiers

24 Février 2015

Grâce à son approche originale de la collecte et ses jeux-concours mobilisateurs, le SICTOM du Hurepoix transforme les vieux papiers en matière première, source de bénéfices pour la collectivité. Eclaircissements et pistes de réflexions en compagnie de Christian Schoettl, son président.

IMG-actu-ITW-SICTOM-hurepoix

Les sept collaborateurs du Syndicat Intercommunal de Collecte et Traitement des Ordures Ménagères (SICTOM) du Hurepoix assurent la gestion de la collecte et du traitement des déchets des ménages de 47 communes franciliennes, représentant plus de 100 000 habitants. Les enjeux du recyclage des papiers ont incité le syndicat à mettre en place des actions originales et pérennes aux résultats probants : toujours plus de mobilisation citoyenne et une collecte bénéficiaire en constante progression. Explications de Christian Schoettl, président du SICTOM du Hurepoix.
 
Quel est votre secret pour assurer une collecte papiers bénéficiaire ?

Christian Schoettl : Il n’y a pas de secret. Simplement du pragmatisme et une idée de base toute bête : développer le tri en apport volontaire et confier les bornes de collecte à une entreprise spécialisée, en l’occurrence Paprec, qui se charge directement de leur gestion et permet autant d’économies aux communes. Mieux, au-delà de 1000 tonnes annuelles, Paprec nous reverse une partie des bénéfices de la revente aux papetiers. Sachant que nous dépassons ce quota depuis deux ans, nous sommes désormais bénéficiaires et avons transformé un ancien déchet en matière première !  
À souligner : cette méthode est aisément reproductible par les collectivités, pour peu qu’un spécialiste du recyclage joue le jeu et accepte de s’occuper des bornes d’apport volontaire.
 
Comment développez-vous l’adhésion populaire à cet apport volontaire ?

L’adhésion se fait naturellement à partir d'un constat concret : la nouvelle stratégie de collecte a permis de baisser la taxe d’ordures ménagères de 10 % en trois ans, malgré le contexte d’augmentation de la TVA. Voir directement les résultats de sa démarche éco-responsable sur sa feuille d’imposition, je ne connais rien de mieux pour mobiliser les citoyens. Et pour renforcer cette mobilisation, le SICTOM du Hurepoix lance également un jeu-concours annuel, intitulé « À vos marques ! Prêts ? Papiers !! ». La démarche écologique s’appuie trop souvent sur un sentiment de culpabilité : « si je ne le fais pas, c’est mauvais pour la planète ». Plutôt que de culpabiliser les gens, nous préférons faire sourire et donner du plaisir à trier via ce type d’animation collective, qui en est aujourd’hui à sa troisième édition.
 
En quoi consiste « À vos marques ! Prêts ? Papiers !! » ?

Le jeu-concours se scinde en deux volets. Le premier d’entre eux s’étend du 1er décembre 2014 au 31 mars 2015 et invite tous les habitants à une compétition de tri inter-communes, en déposant un maximum de vieux papiers dans l’une des 178 bornes d’apport volontaire du territoire. Avec à la clef 4 500 € de dotation pour la caisse des écoles des municipalités obtenant les meilleurs résultats. Pour faciliter la communication autour du concours, les communes le souhaitant peuvent disposer d’un dispositif de taille : une colonne égyptienne de 7 mètres de haut sur 3 mètres de large. Quatre de ces éléments de décor de spectacles organisés au Stade de France ont été recyclés en objets de communication visuelle, capables d’interpeller à moindre coût – 25 € par mois - les citoyens comme les médias, et ainsi renforcer leur implication.
 
À quoi correspond le second volet du jeu-concours ?

Il se focalise sur la sensibilisation scolaire. Les classes d’écoles primaires, collèges et lycées ont du 1er décembre 2014 au 31 janvier 2015 pour participer au concours du plus beau bac de tri du papier, organisé en partenariat avec Paprec et Ecofolio. Il s’agit de créer et de décorer un bac pouvant recevoir au minimum des documents de format A4 et devant explicitement inciter au tri du papier et à son dépôt dans les bornes d’apport volontaire. Les projets peuvent être accompagnés dans leur mise au point par une association locale, et les trois classes gagnantes se verront offrir une séance d’ateliers Re-Créatifs autour du papier.
 
L’impact de ces actions de sensibilisation est-il déjà notable ?

Entre 2012 et 2013, ces méthodes nous ont permis de collecter 30 % de papier en plus, passant de 1000 à 1300 tonnes. Une progression qui semble devoir se poursuivre au rythme de 300 tonnes annuelles, sur un gisement global estimé à 7000 tonnes. Un fort gain de productivité est donc encore possible et les bénéfices réalisés grâce à notre collecte permettent d’investir toujours plus dans les concours et la sensibilisation, avec pour finalité la pérennisation des comportements éco-citoyens. Au fil du temps, les gens prennent l’habitude de trier et intègrent naturellement les enjeux du développement durable à leurs gestes du quotidien.