Référentiel national des coûts de gestion des déchets : l'édition 2015 décryptée

26 Mars 2015
IMG-actu-refADEME

Etude biennale, le Référentiel national des coûts du service public de gestion des déchets de l'ADEME offre un instantané des pratiques de traitement des déchets sur l'ensemble du territoire, permettant aux collectivités de se positionner par rapport à des données de référence, voire d’identifier des pistes d’optimisation de leurs modèles d’organisation. Parue en février dernier, la quatrième édition s'appuie sur les données 2012 de 358 collectivités couvrant près d’un tiers de la population française. Premier constat : il est primordial de favoriser le recyclage. En effet, l’écart des coûts aidés* de gestion entre les ordures ménagères résiduelles (OMR) et les recyclables s’est accru, pour atteindre 53 € par habitant et par an pour les OMR contre 8 € en moyenne pour les papiers et emballages quelles que soient leurs modalités de collecte. 
 

Les leviers d’une gestion à coût zéro

L'intérêt économique du recyclage des papiers se renforce avec une organisation en tri-flux, donc un tri à la source des matériaux collectés, que ce soit en flux dédié aux papiers ou aux fibreux. Le Référentiel de l’ADEME montre formellement que des flux séparés coûtent en moyenne 4 fois moins cher qu’en mélange, et peuvent même atteindre un coût final proche de zéro. Précisément : 1€ par habitant et par an pour la gestion des flux papiers, voire carrément 0€ pour les flux fibreux, là où un mélange multi-matériaux coûte 8€. Soulignons que ce choix organisationnel ne porte pas préjudice aux autres flux dont les coûts aidés sont eux aussi presque nuls (1€ pour les emballages), voire négatifs (-1€ pour les non fibreux). L’explication : la réduction des charges liées aux opérations de tri. Des économies sont également constatées sur les coûts de collecte avec la mise en place d’une gestion en apport volontaire.
 

Ecofolio finance le changement

Au-delà de la photographie d'ensemble que représente son référentiel, l'ADEME l'envisage comme « un outil permettant aux acteurs de s’interroger sur les leviers favorables à une maîtrise des coûts. Ainsi les effets de la prévention mais également de développement des collectes séparées pèsent sur la réduction des quantités d’OMR. Agir sur la fréquence de collecte et sur la mutualisation des équipements les plus structurants peut constituer deux leviers importants ». Une évolution des pratiques susceptible, à l'échelle du papier, d'être accompagnée financièrement et techniquement par les différents dispositifs Ecofolio, qui soutiennent les collectivités dans le changement organisationnel de leur collecte. C’est le cas de la dotation d’accompagnement au changement, dont le budget annuel s’élève à 5 millions d’euros minimum et dont l’appel à projets 2015 reste ouvert jusqu’au 30 avril prochain.

 
Pour aller plus loin :

→ Consulter les modalités de financement et demander un dossier de candidature

Télécharger l’édition 2015 du Référentiel national des coûts du service public de gestion des déchets

 
* Coût aidé = (somme des charges – recettes industrielles – soutiens des éco-organismes – aides)