Recyclage du papier : source d’emplois solidaires

1 Juin 2017

ELISE et Cèdre, deux entreprises spécialisées dans la gestion des déchets de bureau, allient protection de l’environnement et protection sociale. Agrées Entreprises Adaptées, 80% de leur effectif sont des personnes en situation de handicap ou en difficulté d’insertion.

Certaines initiatives associent écologie et solidarité. Ainsi en est-il d’ELISE et Cèdre, deux entreprises qui allient protection de l’environnement par la collecte et le recyclage des déchets de bureau (papiers, cartons, cartouches, etc) et protection sociale par l’emploi solidaire. Ainsi, ces deux entreprises emploient aujourd’hui 80 % de personnes en situation de handicap ou en difficulté d’insertion sur les 317 salariés que compte ELISE et les 108 personnes présentes chez Cèdre. 

Un dispositif d’insertion adapté

Pour faciliter l’insertion, ELISE a développé un programme complet de formation et d’accompagnement qui vise à enrichir les compétences des salariés. Cette formation est imaginée à partir de cas concrets et des souhaits d’évolution professionnelle de chacun.
Chaque formation est réalisée "sur-mesure" en fonction des capacités de chacun. Une démarche qui permet de fournir à chaque salarié le poste qui lui convient.

Même philosophie chez Cèdre où ce n’est pas l’homme qui s’adapte à l’entreprise mais l’entreprise qui s’adapte aux hommes. Dans cette démarche, un dispositif d’insertion est mis en place pour accueillir chaque salarié en situation de handicap. Au cours de la  première semaine, un parcours d’intégration lui permet de se familiariser avec l’entreprise, avec le poste qu’il occupera et avec l’équipe au sein de laquelle il travaillera. Ensuite, le salarié peut, tout au long de sa vie professionnelle, suivre des formations pour  évoluer dans sa carrière.

ELISE et Cèdre agréées « Entreprise Adaptée » 

La loi du 10 juillet 1987, complétée par celle du 11 février 2005, impose à toute entité de 20 salariés et plus, d’embaucher 6% de personnes en situation de handicap. En cas de non respect de la loi, l’entreprise privée ou publique doit verser une contribution à l’Agefiph-fiphp. Le montant de la pénalité est fonction de la taille de l’entreprise et du nombre de travailleurs handicapés à employer.

Pour éviter de trop lourdes amendes, les entreprises peuvent s'acquitter partiellement de cette obligation en passant des contrats de fourniture, de sous-traitance ou de prestations avec des Entreprises Adaptées (EA) comme ELISE ou le Cèdre. Ainsi en confiant la collecte et le recyclage de leurs déchets à ces établissements agréés, l’entreprise participe indirectement à l’emploi de personnes handicapées. Par ce biais, elle peut bénéficier d’une réduction allant jusqu’au 50% de ses obligations. Chaque année, ces EA transmettent une attestation spécifiant l’équivalent à temps plein d’un travailleur handicapé.