Orange, l'environnement à cœur

16 Mars 2015

Orange France développe une politique environnementale forte auprès de ses clients comme de ses collaborateurs. Une attention toute particulière est ainsi portée au papier, avec l'utilisation toujours plus importante de fibres recyclées. Précisions en compagnie de Valentine Kaplan, Chef de projet environnement chez Orange.

IMG-actu-Orange

Comment le développement durable est-il intégré au fonctionnement d'Orange France ?

Valentine Kaplan : Notre engagement RSE auprès de nos 76 000 collaborateurs et 27 millions de clients s'appuie notamment sur une politique environnementale écrite, signée par la direction générale et reposant sur des cibles et des objectifs chiffrés. Les thématiques abordées sont multiples, au premier rang desquelles la limitation et le bon emploi des ressources naturelles, dont le papier. 
 

Pouvez-vous préciser vos actions concernant le papier ?

Notre crédo est « consommer moins, consommer mieux ». Concrètement, cela passe par l'optimisation des commandes, la diminution des grammages et l'augmentation de la qualité des papiers employés, de préférence labellisés FSC ou Blaue Engel, que la fibre soit vierge ou recyclée. Une approche qui vaut pour nos trois grands gisements de consommation : les ramettes à usage interne, les factures et les imprimés à destination des clients. Les deux premières sont 100 % à base de papier recyclé et les derniers à 74 %, avec une constante progression. 
 

Quid de l'aspect éco-conception et de la gestion des éléments perturbateurs du recyclage ?

L'impression de documentation commerciale est sous-traitée. Nous sommes très rigoureux sur nos commandes et confions un cahier des charges précis à nos fournisseurs, pour respecter au mieux les impératifs de l'éco-conception. Le marché manque encore un peu de maturité et il est parfois compliqué d'obtenir des produits en adéquation avec nos attentes, mais nous finissons toujours par y parvenir. De fait, le secteur évolue dans la bonne direction, la majorité des acteurs de la filière papiers semblant avoir pris conscience de l'importance des enjeux environnementaux liés au recyclage.
 

Quel regard portez-vous sur Ecofolio et son dispositif ?

Orange et Ecofolio ont les mêmes priorités et les mêmes objectifs. Nos relations sont donc excellentes, la disponibilité des interlocuteurs de l'éco-organisme facilitant de surcroit les échanges et le développement de partenariats. Orange s'est engagé depuis de nombreuses années pour la préservation de l'environnement, avant même la mise en place du nouveau barème éco-différencié. Bien sûr, il rend plus complexe la déclaration et nécessite plus de temps pour collecter les informations mais celui-ci se révèle être un système très incitatif, qui participe à l'évolution globale des pratiques autour du recyclage des papiers.