Malakoff Médéric : une démarche éco-responsable volontariste

8 Octobre 2015

Malakoff Médéric développe une politique environnementale ambitieuse. Thème fort : l'optimisation de la consommation des papiers, avec pour objectif une véritable évolution de la culture d'entreprise.

Groupe de retraite complémentaire et d'assurance de personnes paritaire et mutualiste, à but non lucratif, Malakoff Médéric axe son engagement RSE sur les enjeux sociaux, sans occulter pour autant les enjeux environnementaux. Quelques exemples ? Un programme de réduction d'émission des gaz à effet de serre, la rénovation et la construction de bâtiments durables (HQE, BBC…) et… l'accent porté sur une consommation rationnelle des papiers. « Nous sommes une entreprise de services et émettons un nombre important d'imprimés à destination de nos clients, auxquels s’ajoute notre consommation interne de papier. 28 millions de pages en tout pour l'année dernière, révèle Agnès Lancy, chargée de mission RSE chez Malakoff Médéric. Nous travaillons donc à optimiser les process d’achats, de consommation et de recyclage. »

Imprimés : un comité dédié

Élément central de l'approche : la mise en place d'un comité transverse dédié aux imprimés. « Avant, il était difficile d'avoir une vision globale de nos besoins à venir. Les demandes arrivaient de différentes directions. Aujourd'hui, tout passe par le Comité Transverse Imprimés, qui s’appuie sur des référents relais dans chaque direction : communication, marketing, studio graphique, etc. » Des interlocuteurs qui peuvent discuter avec les donneurs d'ordres, orienter les choix et rappeler les rouages essentiels d'une consommation responsable. 

Actions internes et externes

Plusieurs projets sont venus compléter l'accompagnement proposé par le comité. « En externe, dématérialisation de la communication avec nos clients. En interne, une première étape a été de communiquer sur la consommation, pour descendre sous les 14 ramettes de papiers par personne et par an. L'équivalent d'une pile haute comme 9 tours Eiffel ! Un argument visuel marquant, qui incite à changer ses comportements », assure Géraldine Mirre, chargée de mission auprès de la direction Logistique & Achats chez Malakoff Médéric. En complément de la sensibilisation individuelle, le grammage du papier a été descendu à 75g, l'impression noir et blanc par défaut, et le tri sélectif valorisé. Versant supports externes, la dynamique est similaire :   64 % de productions en papier recyclé, et a minima en papier certifié, choix de format ajusté au plus écologique, utilisation d'encres végétales, impression sans colle, ni vernis difficiles à traiter préconisée…. En concertation avec Ecofolio, Malakoff Médéric réfléchit à des actions pour sensibiliser son équipe sur les enjeux du tri. « Nous discutons régulièrement avec les collaborateurs autour du sujet Ecofolio. Pour rappeler les enjeux de l'éco-conception, identifier les principales problématiques et les moyens d'y remédier, mais aussi présenter les dispositifs d'accompagnement, d'information et les outils proposés par l'éco-organisme, notamment autour de la déclaration annuelle de tonnages. »

En guise de conclusion, les deux chargées de missions s'accordent pour estimer qu'en matière de comportements responsables, il ne suffit pas de se mettre la pression avec des chiffres, mais il est indispensable d'œuvrer sur le long terme pour une modification en profondeur de la culture d'entreprise. « Il n'y a rien de plus satisfaisant que de voir des gens initialement peu intéressés par le sujet se prendre au jeu et remonter des anomalies de fonctionnement, proposer des initiatives ou mobiliser leurs collaborateurs. »