Collecte des papiers et cartonnettes en mélange : le Cyclad expérimente

5 Juillet 2016

Le Syndicat mixte Cyclad, en Charente-Maritime, s’apprête à expérimenter une des recommandations de l’Ademe : la collecte des fibreux (papiers + cartonnettes). L’objectif ? Optimiser les coûts de gestion de ces flux. Présentation d’un dispositif ingénieux en compagnie d’Etienne Vitré, Directeur du Cyclad.

Ecofolio : Pourquoi vous être lancé dans un projet de passage de l’apport volontaire des papiers séparés à un apport volontaire papiers + cartonnettes ?

Etienne Vitré : Collecter les papiers et les cartonnettes ensemble présente pour nous un réel intérêt technico-économique puisque nous pouvons organiser une reprise directe par un recycleur local, Huhtamaki. Cette filiale française d’une société finlandaise est spécialisée dans la production d’emballages (boîtes d’œufs, porte-gobelets, etc.) et recycle elle-même ce que nous lui portons. Ainsi, en adaptant simplement la consigne de tri, nous avons la possibilité d’optimiser nos coûts de gestion. Une approche originale qui répond notamment aux recommandations de l’Ademe. Un dispositif optimisé qui pourrait être généralisé une fois l’extension des consignes de tri réalisée sur l’ensemble du territoire français.

En pratique, comment le dispositif va-t-il se déployer ?

E. V. : Nous avons choisi de l’expérimenter sur un territoire rural « test », comprenant 111 communes pour 57 000 habitants. Nous profitons du prochain passage à l’extension des consignes de tri des plastiques pour intégrer en complément l’apport volontaire papiers + cartonnettes.  De fait, nous avons constaté que les « moments de rupture », ces changements brusques et profonds des pratiques, incitent plus les habitants à s’y impliquer que les évolutions à la marge.
Une vaste campagne de communication dédiée est prévue, à partir d’octobre 2016, qui se prolongera jusqu’en mars 2017. Des visites à domiciles sont notamment prévues chez plus de la moitié de nos concitoyens, pour préciser les nouvelles modalités de collecte et remettre, entre autres, un sac cabas de pré-tri papiers + cartonnettes. Les résultats seront mesurés à partir de janvier prochain, date de lancement du nouveau mode de collecte, et nous tirerons tous les enseignements économiques après caractérisation, mesure des volumes, etc., de façon à identifier précisément l’impact sur la filière.

Ce dispositif privilégiant la collecte papiers + cartonnettes est-il dépendant des spécificités du repreneur ?

E. V. : Notre territoire présente certes la particularité d’avoir à proximité un repreneur papiers + cartonnettes ; cela facilite les démarches tout en alimentant l’économie circulaire locale via le développement de cette entreprise de 230 salariés. Mais d’autres options sont envisageables, en fonction des particularismes territoriaux : démarcher des repreneurs plus éloignés, inciter les petits centres de tri généralistes à se transformer pour se spécialiser dans le tri papiers et cartons… 
Notre expérimentation est soutenue, entre-autres, par Ecofolio et je suis persuadé que des projets bien construits peuvent profiter du même type d’accompagnement, avec à la clef de véritables avancées technico-économiques dans les pratiques de tri et de recyclage des papiers et cartonnettes usagés.