Aulnay-sous-Bois invite le tri dans ses administrations

1 Juin 2015

La collecte sélective des papiers de bureaux : une démarche qui peut s’avérer bénéfique en matière de maîtrise des coûts et de développement de l'économie circulaire. La preuve par l'exemple avec le projet-pilote mené au sein de l'administration communale d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.

Propres, faciles à trier et éligibles à des soutiens Ecofolio majorés : les papiers de bureaux cumulent les avantages pratiques et économiques, pour peu qu'un ramassage leur soit dédié. Un constat qui a mené Aulnay-sous-Bois (93) à lancer début 2013 un projet pilote de collecte sélective en apport volontaire dans ses administrations. « Aulnay est une commune en tissu urbain dense, avec plus de 3000 employés municipaux. Engagés en matière de développement durable comme de maîtrise des coûts, il nous a paru logique et pertinent de mettre en place du tri sélectif dans les services publics », raconte Marianne Liechty, Directrice Développement Durable à la municipalité. 

Collecte participative

Une fois le projet construit, un appel à participation sur messagerie intranet permet d'intégrer 10 services (archives, espaces verts, cabinet des élus…), répartis sur tout le territoire et représentant près de 500 collaborateurs. Le principe : les agents ont des bannettes dédiées au tri des papiers dans leurs bureaux, qu'ils amènent eux-mêmes aux points de collecte stratégiquement répartis dans leurs bâtiments. Deux fois par semaine, des ambassadeurs du tri passent vider les bacs et apportent les papiers au Petit Plus, une entreprise adaptée située sur la commune voisine, spécialisée dans la collecte multi déchets, le tri, et la mise en filière de recyclage, dans des usines françaises. « Le Petit Plus nous reprend gracieusement les papiers et conserve les bénéfices de leur revente. Un fonctionnement gagnant-gagnant, qui multiplie de surcroit les arguments pour donner un sens au geste de tri : économies financières, valorisation d'une filière de proximité et développement de l'économie circulaire, préservation de l'environnement, intégration du handicap au monde du travail... »

8 kg/agent/an

Les résultats de la première année d'expérimentation démontrent l'intérêt de l'apport volontaire au bureau. Mieux : l'adhésion est globale. « Les salariés font désormais automatiquement le geste de tri et… la police des déchets ! Ils sensibilisent les collègues dont le comportement nuit à l'effort collectif. » L'expérience, achevée en février dernier, démontre que le service public peut faire rimer éco-exemplarité et maîtrise des coûts. « Nous avons acheté pour 4000€ en matériel, notamment les chariots sur roulettes, subventionnés par Ecofolio dans le cadre de sa dotation d'accompagnement au changement. L'organisation de la collecte se fait en interne, pour limiter au maximum la participation des contribuables. Seuls restent les coûts humains, mais la démarche crée du lien et donne de la visibilité au tri, un excellent retour sur investissement », assure Marianne Liechty qui anticipe à plus de 6 000€ annuels les économies nées du nouveau dispositif de traitement des papiers. Une projection liée au succès de l'initiative, sa pérennisation et son déploiement prochain à l'ensemble des administrations d'Aulnay-sous-Bois. « Le fonctionnement de la collecte pourrait légèrement évoluer et l'ouverture aux autres services se fera progressivement, de façon à garantir l'adhésion de chacun, mais l'implication et la motivation des premiers participants incite à l'optimisme », conclut-elle.

Peu onéreux, simple et reproductible, ce type de projet est déclinable pour tout type de collectivité. D'autant que les équipes Ecofolio peuvent accompagner techniquement le montage de l'opération et aider à intégrer les spécificités territoriales.